Cas cliniques MEEK Micrograft

Cas clinique par Dr. A.W.F.P. Vloemans, chirurgien au Burns Center de l’hôpital de la Croix-Rouge à Beverwijk, aux Pays-Bas.

La technique de microgreffe MEEK offre un taux d'expansion plus efficace qu'une greffe de peau meshée par la technique du meshgraft. Dès les premières expériences avec la technique MEEK dans notre centre de brûlés, il a été démontré que la prise du greffon était très bonne malgré un lit de plaie qualitativement inférieur. Ici, nous présentons le cas d'un patient avec une perte de substance étendue de la peau et des tissus mous.

 

Il s'agit d'un homme de 50 ans qui a subi un choc septique à la suite d'une infection par un groupe hémolytique du streptocoque A, deux semaines avant son admission. Il a développé une insuffisance respiratoire nécessitant une ventilation artificielle, une thrombocytopénie et une fasciite nécrosante impliquant une nécrose des tissus mous de la jambe droite, de l'aine et du côté droit du tronc. Dans un autre hôpital, une exarticulation de la hanche droite et une nécrotectomie prolongée du côté droit du thorax, de la paroi abdominale et de l'aine droite ont été réalisées. En raison de son état clinique et de la poursuite du traitement des plaies, il a été envoyé au Burns Center.

 

À l'admission, nous avons vu un homme en mauvaise condition physique avec une peau et des tissus mous défectueux sur 15% de la surface totale du corps. La plaie était constituée de tissu graisseux sous-cutané, de fascia, de muscle et de peu de tissu de granulation. Des prélèvements bactériens de la plaie ont montré Pseudomonas Aeruginosa. Le lendemain de l'admission, un débridement de la plaie a été effectué et la plaie a été traitée avec une crème Silversulfadiazine à forte acidité. Le degré de contamination bactérienne et le contenu de la nécrose diminuaient et la quantité de tissu de granulation augmentait. Dix jours après le premier débridement, une autre nécrotectomie a été réalisée et la plaie entière a été recouverte de microgreffes 1: 6. Les greffes ont bien pris et six jours après cette procédure, la plaie a de nouveau été recouverte de microgreffes 1: 6. Les greffes ont également pris presque 100%. Des défauts cutanés mineurs subsistaient, aucune greffe supplémentaire ne fut nécessaire.

 

Discussion

Le recouvrement rapide de la plaie et la décontamination de la plaie sont des conditions qui améliorent le bien-être physique du patient. Les sites donneurs extensifs doivent être évités et une technique de greffe de peau avec un taux de réussite élevé doit être appliquée. Par conséquent, dans ce cas, nous choisissons un débridement précoce de la plaie et une décontamination de la plaie avec une crème Silversulfadiazine à forte acidité.

La figure 1 montre clairement la taille des deux site donneurs par rapport au lit de la plaie greffée. On a délibérément utilisé une technique de greffe de peau par laquelle des îlots de peau ont été «semés» sur le lit de la plaie. Le plan initial consistait à répéter cette procédure jusqu'à la fermeture complète de la plaie (Fig. 3). En raison de la bonne prise du greffon, seules deux procédures de greffe de peau se sont avérées nécessaires.



MEEK - Microgreffe dans le traitement de brûlures de grande épaisseur sur de grandes surfaces par Pr. Ognian Hadjiiski, MD, Pirogov Emergency Medical Institute à Sofia en Bulgarie

Le patient, un homme de 16 ans qui avait subi une brûlure à 65% de TBSA dans le dos, la poitrine, les bras et les jambes, a été amené dans notre centre 14 heures après l'accident. Il était en état de choc thermique et avait inhalé de la fumée. Les jours 3, 5 et 7, nous avons effectué une exérèse chirurgicale précoce du tissu nécrotique dans les jambes, la poitrine et le ventre dans sur TBSA à 32%, laissant 14% de tissus nécrotiques disséminés. Les surfaces de la plaie ont été recouvertes de microgreffes en cinq étapes chirurgicales tous les trois ou cinq jours. La surface totale du site donneur était de 14%. Les sites donneurs étaient importants en raison de la nécessité de modifier certaines des marques lors des étapes chirurgicales ultérieures. Au cours du traitement, le patient a développé une infection bactérienne généralisée, qui a été traitée de manière appropriée. Le 79e jour, il est sorti en bonne santé.

 

La surface des autogreffes cutanées réalisée en une opération était inférieure à 2% de TBSA et la perte de sang des sites donneurs n'était pas supérieure à 300-400 ml. Dans la troisième opération sur un site séparé, nous avons laissé la gaze jusqu'au jour 7-9. Nous ne le faisons que lorsque la greffe est bonne et qu'il n'y a pas d'infection ou d'exsudation locale. Après avoir enlevé la gaze, nous observons une épithélialisation initiale entre les marques. Il est important de garder à l'esprit que dans certaines conditions, le retrait de la gaze peut être retardé. L'avantage est que le milieu stérile n'est pas perturbé, que certaines marques restent stables et que l'allogreffe n'est pas nécessairement utilisée pour couvrir la surface de la plaie.

 

Discussion

Dans les cas de brûlures étendues (plus de 30% de TBSA), les autogreffes complètes ne peuvent être utilisées que chez 18% des patients traités par chirurgie et les sites donneurs sont limités. Si des sites donneurs sont utilisés, le traitement dure plusieurs mois, avec de nombreuses opérations - une période pendant laquelle le patient peut développer un syndrome catabolique sévère, une insuffisance organique et une infection généralisée, qui peuvent être fatales. Nous pensons, comme beaucoup d'autres chercheurs, que la technique MEEK montre des résultats positifs significatifs par rapport aux techniques conventionnelles. La technique MEEK égalise exactement la distribution prévue, alors que la technique de meshgraft permet une expansion plus faible (20-45%). La technique MEEK associée à des allogreffes assure de meilleurs résultats, en particulier si l'élimination des tissus nécrotiques est effectuée de manière précoce. Cette technique permet d'éviter l'application de cultures de tissus.

 

Conclusion

La méthode MEEK convient au traitement des brûlures, en particulier dans les grandes zones brûlées. Son application sauve la vie des patients au cas où d'autres méthodes opératoires n'auraient pas de résultats positifs. La méthode est également recommandée lorsque d’autres méthodes sont impossibles (cultures de tissus). Les résultats à long terme de la méthode MEEK sont très bons.



La technique MEEK requiert la moitié de site donneur par rapport au meshage, publié dans Burns par R. Peeters et A. Hubens

Dans leur publication dans la revue Burns, 14 (3), 239-240 (1988), R. Peeters et A. Hubens de l’Hôpital Stuivenberg d’Anvers, en Belgique, prouvent que le taux d’expansion réel d’une greffe meshée est beaucoup moins élevé que le ratio donné. Ils ont comparé la surface de la greffe élargie à la surface de la greffe prélevée chez le patient. Sur la base de leurs résultats, nous avons calculé la quantité de greffe nécessaire pour couvrir une brûlure de 100 cm2 en cas de meshage et en cas de MEEK. Voir les résultats sur le graphique. L'axe vertical présente la surface de greffe requise et l'axe horizontal le taux d'expansion réel.

 

Conclusion

La technique MEEK (expansions 3, 4, 6 et 9) nécessite environ la moitié de la zone du site donneur par rapport au meshage!



Travaux cliniques

  1. Dorai, A. A, Lim, C.K. Farcha, A,C. Halim, A. S (2008) Cultured epidermal autografts in combination with MEEK Micrografting technique in the treatment of major burn injuries. The Medical Journal of MalaysiaVol. 63, supplement A.
  2. Grenier de Cardenal, D. Bey, E. Lambert, F. Duhamel P, Chaine, A. Giraud, O. Cantaloube, D (2002) Le procédé Humeca chez le grand brûlé: Difficultés. Brûlures, vol. III (1), pp. 34-37.
  3. Hadjiiski, O (2000) Method of micrografting in treatment of large area full-thickness burns. Annals of Burns and Fire Disasters, vol. 13 (3), pp. 155-158.
  4. Hermans, R.P. Kreis, R (1997) Micrografting – Revival of an old technique. Annals of Burns and Fire Disasters, vol. 10 (1).
  5. Hsieh, C.S. Schuong, J.Y. Huang, W.S. Huang, T (2008) Five years’ experience of the modified Meek technique in the management of extensive burns. Burns, vol. 34, pp. 350-354.
  6. James, S.E. Booth, S. Gilbert, P.M. et. al. (2010) Sprayed cultured autologous keratinocytes used alone or in combination with meshed autografts to accelerate wound closure in difficult-to-heal burns patients. Burns, vol. 36, pp e10-e20.
  7. Kopp, J. Noah, E.M. Rübben, A. Merk, H.F. Pallua, N. (2003) Radical resection of giant congenital melanocytic nevus and reconstruction with Meek-graft covered Integra dermal template. Dermatologic Surgery, vol. 29 (6) pp. 653-657.
  8. Kreis, R.W. Mackie, D.P. Vloemans, A.W.F.P. Hermans, R.P. Hoekstra, M.J. (1993) Widely expanded postage stamp skin grafts using a modified Meek technique in combination with an allograft overlay. Burnsvol. 19 (2), pp. 142-145.
  9. Kreis, R.W. Mackie, D.P. Hermans, R.P. Vloemans, A.W.F.P. (1994) Expansion techniques for skin grafts: comparison between mesh and Meek island (sandwich-) graftsBurns, vol. 20 (1), pp. S39-S42.
  10. Lari, A.R. Gang, R.K. (2001) Expansion technique for skin grafts (Meek technique) in the treatment of severely burned patientsBurns, vol. 27, pp. 61-66.
  11. LIN, C. CHEN, G.X. ZHANG, P. et al. (2006) The MEEK technology of tiny flap graft using on extensively and deeply burning. Chinese Journal of Injury Repair and Wound Healing, vol. 1 (1) pp. 24-26.
  12. LIN, C. et al. (2009) Comparison of cost between two ways of skin grafting in the treatment of patients with extensive deep burn. Chinese Journal of Injury Repair and Wound Healing, vol 25(4) pp 286-8.
  13. Lumenta, D.B. Kamolz, L.P. Frey, M. (2009) Adult burn patients with more than 60% TBSA involved – MEEK and other techniques to overcome restricted skin harvest availability – The Viennese Concept. Journal of Burn Care & Research, March/April, pp. 231-242.
  14. Lyons, J. et al (2013) The True Meshing Ratio of Skin Graft Meshers. Journal of Burn Care & Research. Vol 35, (3), pp 257-259.
  15. Medina, A. et al (2016) Modified Meek Micrografting Technique for Wound Coverage in Extensive Burn Injuries. Journal of Burn Care & Research, Vol 37, No. 35, pp 305-313.
  16. Meek, C.P. (1958) Successful microdermagrafting using the Meek-Wall microdermatome. American Journal of Surgeryvol. 96, pp. 557-558.
  17. Meek, C.P. (1963) Extensive severe burn treated with enzymatic debridement and microdermagrafting – American Surgeonvol. 29, no. 1, pp. 61-64.
  18. Meek, C.P. (1965) Microdermagrafting: The Meek technic. Hospital Topics, 43:4, pp 114-116.
  19. Menon, S. Li, Z. Harvey, J.G. Holland, A.J.A. (2013) The use of the Meek technique in conjunction with cultured epithelial autograft in the management of major paediatric burns. Burnsvol. 39, pp 674-679.
  20. Ottomann, C. et al (2015) A tribute to Cicero Parker Meek. Burns. Vol. 41, pp. 1660-1663.
  21. Papp, A. Härmä, M. (2003) Case report: A collagen based dermal substitue and the modified Meek technique in extensive burns – Report of three cases. Burns, 29, pp. 167-171.
  22. Peeters, R. Hubens, A. The mesh skin graft – true expansion rate. Burns, vol. 14 (3), pp. 239-240.
  23. Raff, T. Hartmann, B. Wagner, H. Germann, G. (1996) Experience with the modified MEEK technique. Acta Chirurgiae Plasticaevol. 38 (4) pp. 142-146.
  24. Sheng-de, G.E. (2006) History of the clinic work about MEEK. Chinese Journal of Injury Repair and Wound Healing, vol. 1 (1) pp. 10-11.
  25. YE, S. PANG, S. AZHANG, W. et al. (2007) Application experience of MEEK Skin-piece making technique on large area deep burning. Chinese Journal of Injury Repair and Wound Healing, vol. 2 (1) pp. 10-13.
  26. SUN, D. ZHANG, H. CHEN, J. et al. (2007) Repairing of the residual wounds in major burn patients with Meek skin grafting technique. Chinese Journal of Injury Repair and Wound Healing, vol. 2 (2) pp. 113-114.
  27. SUN, Y. ZHANG, M. ZHOU, Y. et al. (2007) Transplantation of microskin Autografts and skin pulp auto-epithelium and homeoderma in the treatment of extensive full-thickness burns. Chinese Journal of Injury Repair and Wound Healing, vol. 2 (1) pp. 10-13.
  28. Tempelman, F.R.H. Vloemans, A.F.P.M. Middelkoop, E. Kreis, R.W. (2004) The Meek-Wall Micrograft Technique. Surgery in Wounds, Téot L, Banwell PE, Ziegler UE, eds. Springer-Verlag Berlin Heidelberg, pp.427-434, (ISBN 3-540-22254-5, ed. 2005).
  29. Vloemans, A.F.P.M. Micrografts versus Meshgrafts – Casus
  30. YANG, D. TAN, Q. WU, J. et al. (2006) Comparison between the MEEK’s autograft and the stamp-like autograft in the clinical application. Chinese Journal of Injury Repair and Wound Healing, vol. 1 (1) pp. 30-33.
  31. Zermani, R. Zarabini, A. Trivisonno, A. (1997) Micrografting in the treatment of severely burned patients. Burns, vol. 23 (7/8), pp. 604-607.
  32. Templeman, F.R.H. Vloemans, A. F. P. M (2015) Indications for the modified Meek-technique – abstract lecture, Thursday 17th September No.080. 16th European Burn Association Congress, Hannover, 16-19 September 2015.